Communiqué de l’association « La Parole Libérée »

 

 

Certains d’entre nous ont pu lire dans la presse, sur internet ou les réseaux sociaux que des victimes avaient entamé des poursuites pour non dénonciation de crimes à l’encontre de Monsieur Philippe Barbarin.

 

Cette information est erronée.

 

En revanche, des victimes ont déposé une plainte sur le fondement de l'article 434-3 du Code Pénal, à savoir :

« non dénonciation ou non information d'agressions sexuelles sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité et pour mise en péril »

 

Le Bureau de l’association « La Parole Libérée » souhaite instamment que les termes soient utilisés avec justesse et précision par les commentateurs dans un souci constant de vérité et de transparence.

 

Encore merci à toutes et tous pour votre soutien sans faille.

 

Le Bureau

 

Francois, Bertrand & Alexandre